Un chasseur d’images amateur à nouveau confiné en août 2020

Au cours du mois d’août, à la suite de l’inflammation d’un genou, le chasseur d’images amateur se retrouve à nouveau confiné, mesure d’autant plus d’actualité durant la période de canicule du milieu de l’été. Survenue le 25 juillet, la douleur s’ajoute à un renforcement, à compter du 20, des mesures sanitaires avec le port du masque systématique dans les commerces.

Restreint quant à l’amplitude de ses déplacements pédestres à Châtellerault, le photographe se cantonne à l’examen quasi-quotidien de la Vienne entre l’usine hydroélectrique EDF et le pont Camille de Hogues.

Le 23 juillet 2020, le comportement agressif d’une poule d’eau a appelé son attention sur la présence d’un intrus dans le canal de décharge de l’usine. Un ragondin était poursuivi par l’oiseau alors qu’il s’était approché de trop près de l’un de ses petits. L’observation attentive des lieux permet la découverte d’une famille de quatre individus de cet herbivore, excellent nageur.

A partir du début août, à la moindre alerte, l’aigrette garzette, à nouveau seule, se réfugie dans un arbre dressé sur le terre-plein central de l’usine. Elle y rejoint pigeons et corneilles. Ces dernières y nichent en couples séparés.

A la mi-août, après un très court passage au début du mois, le chevalier guignette semble vouloir prendre ses quartiers pour la fin de l’été au déversoir.

Au milieu de l’été, la colonie de canards colverts compte une trentaine d’individus. En dehors des pigeons, elle est localement l’espèce la plus représentée. Les mâles ont perdu leur superbe avec leur plumage estival. Leur distinction pose alors quelques difficultés.

Aperçus le 15 août, les grands cormorans ne paraissent pas encore très décidés à rejoindre pour la fin de l’année le site de la Manu, en bord de Vienne. Les arbres du terre-plein central de l’usine leur serviront plus tard de dortoirs.

Le couple de martins-pêcheurs semble avoir définitivement abandonné la confluence de l’Envigne pour le canal en aval du déversoir EDF. Depuis les branches des végétaux recouvrant les petites îles rocheuses, ils peuvent à loisir exercer leur principale activité, le plongeon. S’il est possible de repérer le vol des deux flèches bleues, les photographier ensemble est un défi pas encore relevé.

Avec un effectif porté à cinq, les mouettes rieuses ont perdu leur capuchon sombre de la période nuptiale du début de l’été. Une tête pâle avec une tache sombre à la joue caractérise déjà le plumage hivernal.

Les plus nombreux localement, les pigeons bisets recouvrent régulièrement le versant oriental du terre-plein central du barrage. Ces oiseaux présentent différents plumages aux couleurs variées avec plusieurs tons de gris et de marron.

Un groupe de gallinules poules d’eau constitue la troisième espèce en importance, présente sur le site. Comptant déjà quelques juvéniles, au plumage plus clair, à la mi-juillet, il s’accroît de poussins, véritables boules de duvet d’où ressortent un bec rouge et des yeux énormes. La protection de ces derniers montre l’aptitude des femelles à se battre farouchement : un ragondin en a fait les frais.

Au début du mois d’août, au moment de la canicule, la rive droite de la Vienne, en amont du pont Camille de Hogues, voit les arbustes fréquentés par de nombreux passereaux à la recherche d’eau : moineaux, pinsons des arbres et verdiers. Ces populations, généralement abritées par les arbres de la place Camille de Hogues, comptent beaucoup de juvéniles un peu maladroits.

La constance du chasseur d’images, dans la fréquentation des bords de Vienne, intrigue quelques passants qui, par curiosité, échangent avec lui quelques mots. Des précisions leur sont données tout en leur faisant connaître son appartenance à la Société des Sciences de Châtellerault et en les invitant à consulter le site de l’association. Ces discussions ont lieu toujours dans un contexte sanitaire particulier imposant une certaine prudence. La distanciation physique est appliquée y compris à l’égard de quelques amis alors croisés.

Outre une alimentation hebdomadaire de sa page facebook, le photographe contribue régulièrement au recueil de données de l’application i-Naturalist avec plus de 80 observations enregistrées.

Denis Lemaître

Un chasseur d’images amateur déconfiné…

A partir du 11 mai 2020, sans avoir à remplir une attestation dérogatoire, le photographe amateur, confiné depuis le 17 mars, ressort, muni de son appareil photo, hors de l’enceinte de sa résidence.

Après avoir été contraint à des sorties épisodiques et limitées à une heure, dans un rayon d’un kilomètre autour de son domicile, le chasseur d’images reprend ses longues promenades quotidiennes dont l’intérêt des 10.000 pas est souligné par la faculté. Du fait d’un classement de la Vienne en zone verte, l’accès aux parcs est à nouveau possible, à l’exception des aires de jeunes. Cette restriction est incomprise de la part de quelques parents de jeunes enfants, n’hésitant pas à déplacer les barrières interdisant les jeux.

Maintenant, sans le souci du temps qui passe, toujours ponctué par la cloche russe de l’église Saint Jean-l’Evangéliste, il visite régulièrement quelques lieux où il est certain de trouver des oiseaux. Des espèces communes, photographiées dans la résidence, s’y retrouvent en compagnie d’autres, perdues de vue pendant deux mois, voire plus. La présence d’un pic vert, picorant la pelouse du centre aquatique, marque notamment ce changement. Un pic épeiche, des linottes mélodieuses et d’autres feront de même.

Principalement justifiées par des besoins domestiques (surtout alimentaires) au cours de la première partie du printemps, les sorties actuelles, plus sportives, sont centrées sur la recherche des oiseaux. Trois lieux sont particulièrement prospectés : le square Gambetta, le déversoir en aval du barrage EDF, bordé par le quai du 11 novembre, et la place Camille de Hogues. Ces endroits étaient interdits à la déambulation pendant le confinement. Lors de passages plus aléatoires au jardin du directeur (site de la Manu également interdit pendant le confinement), l’absence des martins-pêcheurs est notée. Une brève apparition, le 6 juin, au bord du déversoir, pourrait signifier leur retour.

Au début juin, un couple de cygnes tuberculés est également de retour au milieu du plan d’eau, recouvert de renoncules d’eau, entre les ponts Camille de Hogues et Henri IV. Ils ont été précédés dans la place, depuis plus d’un mois, par un héron cendré se déplaçant lentement en eau peu profonde, des hirondelles, constamment en mouvement, et des bergeronnettes grises et des ruisseaux (jaunes). Quelques corbeaux, attirés par la carcasse d’un gros poisson, les rejoignent à la fin de la première semaine de juin.

Le square Gambetta, avec sa mare, est le refuge d’une colonie de canards colverts. Cette espèce, absente de la résidence du photographe, s’est manifestée dans le centre-ville. Le 4 mai 2020, en début d’après-midi, un couple s’est promené place Emile Zola sous la surveillance d’un chat interloqué. Comme au déversoir de la Vienne, ces canards s’y réveillent tardivement en milieu de matinée. Les premiers visiteurs du parc les voient alors se précipiter vers eux dans l’espoir d’un petit-déjeuner, certes interdit, mais copieux. Moineaux, merles noirs, bergeronnettes, rougequeues et accenteurs mouchets se joignent au banquet, alors qu’une tourterelle turque et un geai des chênes récupèrent des brindilles pour leur nid.

Au déversoir, le 23 mai 2020, une famille colvert est remarquée sur l’eau. Neuf canetons accompagnent les adultes. Une quinzaine de jours plus tard, seuls deux petits restent visibles. Dure loi de la sélection naturelle, des prédateurs ont dû prélever leur part sur la couvée. Nombreux à cet endroit comme les pigeons bisets, les canards y vivent en compagnie de quelques poules d’eau, corbeaux, étourneaux et bergeronnettes. A leur présence ordinaire à cet endroit, s’ajoute le passage irrégulier de quelques migrateurs dont un chevalier gambette repéré, à la fin du mois de mai. Son identification est confirmée au photographe par un ami, membre de la LPO, initialement sceptique quant à sa pertinence. Bien que très court, le séjour de cet oiseau n’a pas été apprécié par l’une des poules d’eau, l’empêchant par ses attaques de se nourrir dans le calme. Localement présents au cours de l’hiver, les cormorans, mouettes rieuses et autres aigrettes ont disparu.

Voisine du déversoir et bordée par le même quai, la place Camille de Hogues offre l’abri de ses arbres à quelques passereaux comme les verdiers d’Europe et les pinsons des arbres particulièrement actifs en fin de matinée, leurs chants facilitant leur repérage. S’y camouflent également pigeons ramiers et tourterelles turques. A proximité, dans les rues adjacentes, se manifestent des rougequeues, inquiets de la présence d’un chat, et des linottes, perchées sur les fils électriques. Des chardonnerets partagent ce perchoir tandis que des choucas des tours occupent le sommet des cheminées.

Bien sûr, ces promenades solitaires, des première et deuxième phases de déconfinement, ont été réalisées dans le plus strict respect des règles sanitaires : port du masque (il faut s’y habituer), distanciation physique lors des quelques rencontres fortuites, mouchoirs en papier et fiole de gel antibactérien dans la poche.

Au début de la deuxième phase, des lieux publics sont d’ailleurs spécialement aménagés avec un sens de circulation comme sur l’île Cognet (découvert le 6 juin) assorti de consignes sanitaires affichées dès la passerelle d’accès.

La prospection de cette île et d’autres endroits de la ville plus éloignés (les abords des ponts Lyautey et de Loudun) pourrait faire l’objet d’un nouvel article. Outre les oiseaux, des photographies de papillons pourraient l’illustrer.

Depuis près d’un mois, le chasseur d’images a ainsi repris ses promenades quotidiennes lui permettant maintenant d’approvisionner de façon hebdomadaire sa page Facebook.

Denis LEMAITRE

 

Une version illustrée est consultable sur l’espace privé.

error: Content is protected !!