Nos actualités

 
Fév
26
mer
Une vision des sciences au XVIIIe siècle. Guillaume Le Gentil, astronome malchanceux, explorateur de l’Océan Indien, conférence de Jacques Dufour @ Salle de la Gornière
Fév 26 @ 18 h 30 min – 20 h 30 min

GUILLAUME LE GENTIL, ASTRONOME MALCHANCEUX, EXPLORATEUR HORS PAIR DE L’OCEAN INDIEN
« Un voyage dans le siècle des Lumières »
Le « siècle des Lumières » est un mouvement qui tire son nom de la volonté de philosophes et scientifiques de rassembler toutes les connaissances disponibles et de les répandre auprès du public, un public « éclairé » qui va avoir accès à la culture, principalement des sciences.

Guillaume Le Gentil de La Galaisière est un brillant astronome du XVIIIe siècle. Sur une idée de Halley, il part en Inde pour effectuer des mesures en 1761 lors du passage de Vénus devant le Soleil. Elles doivent permettre de déterminer avec davantage de précision la distance Terre – Soleil. Une guerre avec les Anglais l’empêche de débarquer et le prive de ses observations. Il décide de rester huit ans dans la région de l’océan Indien pour observer le passage suivant de 1769. Il met à profit ces huit années d’attente pour enrichir les connaissances de l’époque et devient géographe, botaniste, zoologiste et ethnologue. Le conférencier nous fait partager avec humour et anecdotes décalées toutes ces explorations sur les traces des Bougainville, La Pérouse et autres aventuriers sur les océans de la planète. Une fresque sur les progrès de la science au siècle des Lumières.

 

 

Mar
11
mer
La patrie en danger, conférence de Jean-Marie Augustin @ Salle de la Gornière
Mar 11 @ 18 h 30 min – 20 h 30 min

La Patrie en danger, conférence de Jean-Marie Augustin

Les enrôlements de volontaires en 1792 (détails) d’après Vinchon par Mr Cartier, hôtel de ville de Châtellerault (photo DL).

La Patrie, définie par Voltaire comme l’endroit « où l’on vit heureux », est envisagée par les révolutionnaires de 1789 comme un espace de liberté et de progrès. C’est la terre des droits de l’homme, avec pour ambition de réaliser le bonheur commun de ses habitants. En 1792, quand est proclamée « la Patrie en danger », le terme commence à prendre une autre signification, celle du pays natal qu’il faut défendre à tout prix. Dès lors, le terme évolue vers des formes de nationalisme qui se manifestent après la guerre de 1870 dans l’idée de « Revanche » et dans les prises de position des Ligues de droite contre Dreyfus. Le nationalisme facteur d’exclusion de tout ce qui n’est pas français, est aux antipodes du patriotisme, d’où une certaine ambiguïté durant la Seconde guerre mondiale. Le régime de Vichy dont la devise est « Travail, Famille, Patrie » est nationaliste, tandis que la Résistance porte les valeurs d’un patriotisme vrai, tourné vers une démocratie économique et sociale.

 

Mar
25
mer
Les découvertes de l’Amérique avant Christophe Colomb, conférence de Jean-Mary Couderc @ Salle de la Gornière
Mar 25 @ 18 h 30 min – 20 h 30 min
Avr
8
mer
Les nouvelles routes de la soie, conférence de Claude Chancel @ Salle de la Gornière
Avr 8 @ 18 h 30 min – 20 h 30 min
Avr
22
mer
Le télescope spatial Athena dans les rayons X, conférence de Didier Barret, astrophysicien à l’Observatoire Midi-Pyrénées @ Salle de la Gornière
Avr 22 @ 18 h 30 min – 20 h 30 min

L’Univers est observé par des télescopes déployés au sol et depuis l’espace, lorsque l’opacité de l’atmosphère terrestre au rayonnement devient trop importante. Les phénomènes les plus violents observables dans l’Univers, comme les explosions d’étoiles, la chute de matière dans les trous noirs, sont associés à d’intenses rayonnements de hautes énergies (rayons X et gamma), observables uniquement depuis l’espace.
A l’horizon 2030, l’agence spatiale européenne, soutenue par les agences spatiales américaine et japonaise, déploiera un gigantesque télescope spatial dans les rayons X, appelé ATHENA.
La France joue un rôle essentiel dans ATHENA, car elle fournira l’un des deux instruments focaux, le spectromètre X-IFU, actuellement en phase de définition. Cet instrument est réalisé sous la responsabilité scientifique de l’Institut d’Astrophysique et de Planétologie de Toulouse (IRAP), sous maîtrise d’oeuvre du Centre National d’Etudes Spatiales (CNES).
Le conférencier présentera les objectifs scientifiques d’ATHENA et les principales caractéristiques techniques du X-IFU, un instrument révolutionnaire dédié à l’étude de l’Univers violent.

Mai
13
mer
Jomini, le devin de Napoléon, conférence de Bernard Pénisson @ Salle de la Gornière
Mai 13 @ 18 h 30 min – 20 h 30 min
Mai
27
mer
Vers un effondrement de nos sociétés modernes ? conférence de Pierre-Yves Longaretti, chercheur à l’Institut de Planétologie et d’Astrophysique de Grenoble @ Salle du Verger
Mai 27 @ 18 h 30 min – 20 h 30 min

La possibilité d’un effondrement des sociétés modernes est discutée dans certaines communautés scientifiques et dans certaines franges de la société civile depuis une cinquantaine d’années.
La question est revenue sur le devant de la scène au niveau international, notamment grâce à l’émergence de différentes crises environnementales (changement climatique, perte de biodiversité, etc).
L’exposé s’attachera à expliquer ce qui, dans les évolutions tendancielles, conduit à un risque d’effondrement environnemental global, et en analysera les causes. La dernière partie portera sur les possibilités et les types d’action individuels et collectifs face à ces risques.

Juin
10
mer
Chinon et les ducs de Richelieu, conférence de Marie-Pierre Terrien @ Salle de la Gornière
Juin 10 @ 18 h 30 min – 20 h 30 min

Historique

La Société des Sciences de Châtellerault est une association, loi 1901, fondée le 9 décembre 1956, déclarée le 1er mars 1957 et reconnue d’intérêt général en 2015.
A l’origine « Société de Sciences Naturelles de Châtellerault », elle prend son appellation actuelle en 1962 en élargissant ses domaines d’activités.
Outre la botanique, elle s’intéresse, dès 1963, à l’archéologie avec la conduite de fouilles sur le théâtre gallo-romain de Vieux-Poitiers à Naintré (Vienne), puis en 1969, à l’histoire, et enfin, en 2005, à l’astronomie.
En 2017, après 60 ans d’existence, la Société des Sciences de Châtellerault comprend 4 sections : Nature, Histoire, Astronomie, Architecture et Patrimoine. Cette dernière englobe, depuis 2015, l’ancienne section Archéologie. Depuis 1985, son siège est à l’ancienne école Henri Denard, au 48 rue Arsène et Jean Lambert.

Le bâtiment qui abrite la Société des Sciences.

Le conseil d’administration

Selon les statuts et le règlement intérieur de 2011, un conseil d’administration, composé au plus de 24 membres (élus par l’Assemblée Générale Ordinaire pour 3 ans avec un tiers renouvelable), assure la gestion, la direction et l’administration de la Société.

L'assemblée générale de 2016 de la Société des Sciences.
Assemblée générale de 2016

Un bureau, élu en son sein pour un an, comprend un président, un ou plusieurs vice-présidents, un trésorier et son adjoint, un ou plusieurs secrétaires. Un directeur de publication, un président et, si nécessaire, un adjoint par section, s’y ajoutent par nomination.

Réunion du conseil d'administration du 9 mai 2017.
Réunion du conseil d’administration du 9 mai 2017
error: Content is protected !!