Nos actualités

 
Fév
8
mer
L’abbaye royale de Saint-Benoit de Quincay-lez-Poitiers, conférence de Catherine Lavaud @ salle de la Gornière
Fév 8 @ 18 h 30 min – 20 h 30 min

Historienne d’art, diplômée de l’Université des Sciences Humaines de Poitiers, Catherine Lavaud présentera l’histoire de l’abbaye de Saint-Benoît où elle vit.

Nombreux sont les Poitevins qui connaissent le Dortoir des Moines de l’abbaye de Saint-Benoît depuis sa rénovation par la mairie.

De l’âge d’or des moines bâtisseurs, aux guerres de religion, au déclin et à l’abandon après la tourmente révolutionnaire, au renouveau dès le début du XIXe siècle, la conférencière racontera l’histoire de l’abbaye qui a façonné le Bourg de Saint-Benoît et évoquera le rayonnement qu’avaient les abbayes ceinturant Poitiers.

Fév
22
mer
Enquête sur la disparition des abeilles, conférence de Freddie-Jeanne Richard @ salle de la Gornière
Fév 22 @ 18 h 30 min – 20 h 30 min

L’évolution de la biodiversité est un phénomène dynamique. Cependant le taux d’extinction des espèces apparait aujourd’hui nettement supérieur au taux d’extinction « naturel ». Pourtant cette biodiversité est nécessaire pour améliorer et maintenir le bien-être de l’espèce humaine (service écosystémique). Par exemple, la préservation de la biodiversité est indispensable à la durabilité de l’agriculture et l’évaluation économique de la valeur de la biodiversité est probablement sous-estimée. Les causes de mortalité des abeilles sont multiples et pour le moment aucune étude n’est capable d’identifier un seul coupable !

Au cours de cette conférence, Freddie-Jeanne Richard parlera des particularités de l’abeille domestique. Seront également abordés des points comme : pourquoi les pertes des colonies sont-elles inquiétantes, l’usage des pesticides a-t-il un lien avec ce déclin ?

Ses dernières recherches sur la disparition des abeilles et leurs résultats seront présentés.

2022-007-022 – Abeille et passiflore – Lebeau (rue)

 

Mar
8
mer
Aliénor et Guillaume X : derniers ducs d’Aquitaine, conférence d’Anaïs Lancelot @ salle de la Gornière
Mar 8 @ 18 h 30 min – 20 h 30 min

La première moitié du XIIe siècle voit la fin de la dynastie des Guillelmides, comtes de Poitou et ducs d’Aquitaine. Guillaume X et sa fille Aliénor d’Aquitaine en sont les premiers princes avant que le duché ne passe aux mains de leurs voisins les Plantagenêts. Cette puissante principauté du royaume de France est alors à son apogée et rayonne sur l’Europe, ce qui attire des convoitises. Elle couvre presque la moitié de la France de l’époque dont le comté du Poitou avec Poitiers la « capitale » et Châtellerault comme second pôle.

Guillaume X dit le Toulousain est un chef particulier qui reste encore aujourd’hui assez mystérieux. Sans avoir l’aura de son père Guillaume IX le Troubadour ou de sa fille Aliénor, il est néanmoins une figure incontournable de son temps. Son « règne » (1126-1136) est marqué par le schisme de l’antipape Anaclet II qui a secoué le monde chrétien.

Tandis que celui de la fameuse Aliénor (1137-1152) redouble de résistance face à son suzerain et royal époux Louis VII le Jeune. Aliénor est bien connue en tant que reine de France et surtout d’Angleterre, mais beaucoup moins en tant que duchesse avant 1152.

Voici donc la présentation des dernières découvertes sur ces deux grands personnages ainsi que sur leur politique, leur gestion de l’Aquitaine avec les événements de ce tournant du XIIe siècle et plus largement de la féodalité.

Avr
12
mer
Richelieu et le renouveau des arts au XVIIe siècle, conférence de Marie-Pierre Terrien @ salle de la Gornière
Avr 12 @ 18 h 30 min – 20 h 30 min

 La conférence de Marie-Pierre Terrien a pour objectif de souligner le rôle du cardinal de Richelieu homme de culture. Le dernier quart du 16e siècle n’a guère été favorable aux arts, en raison des guerres de religion qui se sont prolongées jusqu’en 1598 et, au début du siècle suivant, Henri IV va tout faire pour redonner aux arts la place qu’ils avaient avant ces combats fratricides. Toutefois, à la suite de l’assassinat du roi en 1610, la France retombe dans une situation complexe. Après son entrée au conseil du roi en 1624, le cardinal de Richelieu favorise les échanges culturels avec l’Italie et fait revenir en France plusieurs artistes qui se sont exilés, tels Simon Vouet, Jacques Sarazin, Nicolas Poussin et Jean Lemaire. Dans les années 1630, Richelieu devient le principal ministre de Louis XIII, il met en place un programme savant à orientation classique, qui vise à faire de la France une grande puissance culturelle parmi les nations européennes.

 

 

Mai
10
mer
200 ans d’Industrie en Châtelleraudais, conférence de Marc Vieilfault @ salle de la Gornière
Mai 10 @ 18 h 30 min – 20 h 30 min

Le conférencier se propose d’exposer pourquoi et comment le territoire châtelleraudais a su être un Pôle Industriel reconnu et capable de surmonter les évolutions technologiques et commerciales voire « financières » jusqu’en 2020…La « crise » à multiples causes de 2021,2022 et ses conséquences sur 2023 constitue un redoutable défi à relever.

Le premier chapitre portera sur la création du « terreau Industriel » avec l’industrialisation de la Coutellerie et l’implantation de la MANU de 1820 aux années 1960.

Le second chapitre portera sur les reconversions avec la décentralisation d’entreprises et le développement d’activités lancées par des entrepreneurs locaux, des années 1960 à 1992/2000.

Le troisième chapitre portera sur les bouleversements causés par l’ouverture des marchés à la concurrence européenne et mondiale avec des adaptations mais aussi de malheureuses disparitions, des années 2000 à 2020.

Dans le quatrième chapitre, il évoquera le redoutable défi à relever dans la crise multiforme (Sanitaire, Environnementale avec la « transition écologique», la pénurie et la cherté des Energies, le poids des Dettes, l’Inflation mal maitrisée, les divergences d’intérêts de situations et de visions entre Pays Européens etc..) à laquelle nous sommes confrontés de 2021 à 2023…

 

Mai
24
mer
L’histoire du pont Henri IV, conférence de Pol Vandeville @ salle de la Gornière
Mai 24 @ 18 h 30 min – 20 h 30 min
Juin
14
mer
La Violence dans les chansons du Chat Noir au rap, conférence de Jean-Marie Augustin @ salle de la Gornière
Juin 14 @ 18 h 30 min – 20 h 30 min

La chanson populaire est la bande son d’une culture presque banale de la violence. À la fin du XIXe siècle, Aristide Bruant met en scène la misère sociale dans les quartiers populaires de Paris et sur la zone des fortifs. Il fait passer le frisson en évoquant les prisons, la guillotine et les bagnes militaires en Afrique. Ses goualantes projettent aussi une violence brutale, rigoureuse et constante, envers les prostituées. Les rixes entre bandes d’apaches et leur haine de la police font la joie des cabarets montmartrois et des cafés-concerts. En parallèle, la chanson anarchiste ou anarchisante prêche la révolution permanente et les attentats terroristes autour de l’imaginaire sanglant du « Grand Soir ».

Historique

La Société des Sciences de Châtellerault est une association, loi 1901, fondée le 9 décembre 1956, déclarée le 1er mars 1957 et reconnue d’intérêt général en 2015.
A l’origine « Société de Sciences Naturelles de Châtellerault », elle prend son appellation actuelle en 1962 en élargissant ses domaines d’activités.
Outre la botanique, elle s’intéresse, dès 1963, à l’archéologie avec la conduite de fouilles sur le théâtre gallo-romain de Vieux-Poitiers à Naintré (Vienne), puis en 1969, à l’histoire, et enfin, en 2005, à l’astronomie.
En 2017, après 60 ans d’existence, la Société des Sciences de Châtellerault comprend 4 sections : Nature, Histoire, Astronomie, Architecture et Patrimoine. Cette dernière englobe, depuis 2015, l’ancienne section Archéologie. Depuis 1985, son siège est à l’ancienne école Henri Denard, au 48 rue Arsène et Jean Lambert.

Le bâtiment qui abrite la Société des Sciences.

Le conseil d’administration

Selon les statuts et le règlement intérieur de 2011, un conseil d’administration, composé au plus de 24 membres (élus par l’Assemblée Générale Ordinaire pour 3 ans avec un tiers renouvelable), assure la gestion, la direction et l’administration de la Société.

L'assemblée générale de 2016 de la Société des Sciences.
Assemblée générale de 2016

Un bureau, élu en son sein pour un an, comprend un président, un ou plusieurs vice-présidents, un trésorier et son adjoint, un ou plusieurs secrétaires. Un directeur de publication, un président et, si nécessaire, un adjoint par section, s’y ajoutent par nomination.

Réunion du conseil d'administration du 9 mai 2017.
Réunion du conseil d’administration du 9 mai 2017
error: Content is protected !!