Mystère à Châtellerault

C’était en automne, nous étions en confinement saison 2, et les feuilles d’attestation se ramassaient toujours à la pelle, quelques masques aussi. Notre chasseur d’images s’était levé de bon matin, au chant du coq. Après s’être couvert le minois d’un masque, désinfecté les mains au GHAB (Gel Hydro Alcoolique Bio), muni de l’attestation ad hoc sur papier recyclé, il était parti gaillardement dans la limite du kilomètre gouvernemental et des soixante minutes tolérées, vers les bords de Vienne avec son appareil photo, le zoom déjà armé, prêt à saisir le moindre détail des plumes du  premier moineau qui se présenterait. Le temps étant compté, la distance restreinte, c’est donc au pas de charge qu’il franchit le pont Camille de Hogues, puis parcourt à grandes enjambées les  allées de la Manu, longe le canal pour aller rejoindre son endroit préféré : le calme et bucolique confluent de la Vienne et de l’Envigne où il va pouvoir exercer son art photographique.
Mais là, quelle surprise, aucun gazouillis ! Nul volatile à l’horizon, pas la plus petite aigrette garzette posée sur le tapis flottant de jussie rampante, et pas un oiseau sur la Vienne non plus ! Sur les branches, pas la moindre mésange bleue avec son petit gilet jaune que notre chasseur affectionne tant. Même Martin le pêcheur, son fidèle compagnon de prises de vues, est absent. Il n’y a plus personne pour pêcher le gardon ou chasser dans la vase : avant c’était open bar, désormais ça ressemble à une fermeture administrative ! Le photographe se déplace le cœur battant, observe les quais, les arbres, le barrage, même le ciel est vide, pas de zoziaux… Notre chasseur n’en croit pas ses lunettes, il les retire, les essuie, se dit qu’elles se sont certainement embuées à cause de ce fichu masque en tissu lavable vingt fois, pourtant amoureusement confectionné par sa tendre épouse entre deux parties de bridge. Ah ! Si seulement il avait pu s’offrir un FFP2 avec sa précieuse cartouche filtrante ! Il faut se rendre à l’évidence, les lunettes vont bien, les yeux aussi, mais tous les oiseaux ont disparu ! Il se dit qu’ils auraient pu le prévenir, juste une petite missive portée par un pigeon voyageur, voire une lettre anonyme, les corbeaux sont experts en ce domaine.
Après tout, même si l’horaire était un peu matinal, ils auraient pu lui proposer – sous dérogation – un Skype apéro ou un Face Time sur WhatsApp pour partager quelques graines salées avec un jus de houblon frais et mousseux.
Se seraient-ils eux-mêmes confinés après avoir entendu l’impressionnante voix de stentor du premier de nos ministres ? Notre chasseur court alors vers le pigeonnier en bois du bord de Vienne, hèle la gent ailée, frappe contre les planches… Point de réponse. Si c’est une farce, il sait qui en est le dindon. S’il trouve le responsable de cette mauvaise plaisanterie, il va lui voler dans les plumes, et ils vont échanger quelques noms d’oiseaux ! Il comprend alors qu’il s’est fait pigeonner ! Il s’inquiète toutefois de leur santé, se seraient-ils contaminés les uns les autres ? Le héron cendré aurait-il perdu le goût du poisson et l’odorat pour rechercher les vermisseaux dans la vasière ? Il se demande si une aigrette imprudente et étourdie n’aurait pas éternué dans un transport en commun, en oubliant de mettre son bec dans le creux de son aile ? Les choucas auraient-ils oublié la distanciation aviaire ? Pourtant, ils le savent qu’il faut respecter le mètre. Lemaître aussi d’ailleurs !
Les cormorans se seraient-ils perchés à plus de six pour prendre leur repas de poissons dans leur arbre préféré sur les quais ? Les mouettes auraient-elles négligé de se rincer les palmes avec du gel hydro alcoolique ? Pourtant, le panneau du point d’information tout proche rue Jean Monnet précise bien les gestes barrières à respecter !
Dans le doute, il saisit son téléphone pour vérifier sur les réseaux sociaux si quelque volatile syndiqué n’aurait pas appelé à une manifestation devant la mairie, à quelque transhumance vers une autre zone humide réputée sans virus… mais rien, pas le moindre commentaire, ni tweet, ni like sur le sujet. Inquiet en cette période anxiogène, il songe à contacter la gendarmerie pour déclencher le plan épervier.
Il espère cependant que ses chers oiseaux ont bien activé « TousAntiCovid » sur leur portable. Il va sur le site du ministère de l’Environnement pour voir si quelque directive d’un érudit énarque bobo parisien aurait interdit les abords de rivière à ses volatiles préférés. Barbara n’a rien écrit, Nicolas le mulot non plus. Fichtre ! Mais qu’est-ce donc que cette désertion ? Il finit par émettre plusieurs hypothèses : tous ses amis ailés s’étaient peut-être réunis à quelques tirées d’aile d’ici, et puis tombe l’improbable message gouvernemental qui les bloque là où ils sont, sans doute bien au-delà de ce kilomètre réglementaire. Mais ils pourraient aller sur le site gouv.fr, imprimer une attestation, la remplir en deux coups de plume et revenir ici en cochant la case dérogatoire « satisfaire ses besoins alimentaires » ! Il se dit que ses oiseaux ne sont pas des contrevenants prêts à sortir en dehors du respect des règles sanitaires vétérinaires.

Pas le genre de délinquants qui pourraient être verbalisés de 135 grammes de graines pour ne pas avoir rempli leur attestation ou avoir négligemment porté le masque sous le bec. Peut-être que l’un d’entre eux a volé jusqu’au parc du Verger pour se faire introduire, en faisant la grimace, un écouvillon au fond du bec, et si le résultat fut positif tous ses congénères se sont retrouvés cas-contact isolés en quatorzaine dans leur nichoir ! Il réfléchit et se dit qu’ils sont peut-être rentrés chez eux pour faire du télétravail sur la table du salon tout en gardant leurs petits. Ou alors ils sont allés remplir un caddie de pâtes et de papier toilette.
Il pense surtout à ses publications et se dit que c’est le chant du cygne pour la suite de sa série d’articles sur les oiseaux. Ah ! S’il osait, il appellerait bien Raoul, le professeur pour savoir si tous ces vilains petits canards n’auraient pas effectué un rapide vol aller – retour en escadrille jusqu’à Marseille pour quérir, à titre préventif, quelques boîtes d’hydroxy chloroquine. Il pense même à contacter l’Agence Régionale de Santé afin de vérifier si la région n’a pas été placée dans un confinement aviaire renforcé.
Une sonnerie retentit, notre chasseur d’images tend le bras et arrête le bruit strident sur sa table de nuit… Il se réveille haletant, après un affreux cauchemar, et reprend ses esprits. Il est soulagé, ce n’était qu’un mauvais rêve, il va donc pouvoir de nouveau rejoindre les bords de Vienne et retrouver ses chers amis. Dans quelques jours il pourra reprendre… la plume pour nous rédiger un nouvel épisode du chasseur d’images confiné. C’est vrai qu’en la matière il est le maître…
Jacques Dufour. novembre 2020

Un chasseur d’images amateur au milieu de l’automne 2020

Le mercredi 14 octobre 2020, le président de la République annonce la mise en place d’un couvre-feu, de quatre semaines, à Paris, en Ile-de-France et dans sept autres métropoles à partir du 17 octobre à 0 h 00, jusqu’au 1er décembre. La Vienne est alors classée en « zone alerte » depuis trois semaines. Deux jours plus tard, Denis Daumin, journaliste de la NR, écrira « Les jours du couvre-feu automnal ressemblent à ceux du triste printemps de réclusion ».

A partir de la mi-octobre, le chasseur d’images amateur est amené à s’écarter des abords du site de la Manu, abandonnant ainsi les quais de la Vienne entre l’usine EDF et le pont Henri IV. Les travaux sur le clapet est du déversoir reprennent épisodiquement avec des bruits éloignant la gent ailée. Au cours de la matinée du 20 octobre, le canal de décharge est ainsi déserté, les oiseaux s’étant regroupés à l’ouest du terre-plein central de l’usine. Deux jours plus tard, au cours de l’après-midi, le photographe assiste à l’intervention de la fédération départementale de la pêche qui, à l’aide d’un filet et d’épuisettes, transvase les poissons de la mare au pied du déversoir au-dessus des clapets. Le même jour, l’épais mur, érigé au début de septembre en aval du clapet oriental, est démonté.  Pour autant les travaux ne sont pas terminés : le clapet occidental doit subir le même traitement.

Pendant une quinzaine de jours pluvieux et froids, une certaine tristesse s’est installée, sur le plan d’eau, avec des teintes souvent sombres. Les oiseaux ont eux-mêmes adopté des livrées où le noir et le blanc se disputent la place : les grands cormorans, les corneilles, les poules d’eau et les pies, pour le noir, et les cygnes, les aigrettes et les mouettes, pour le blanc. Seuls les bergeronnettes des ruisseaux et les martins-pêcheurs y apportent de la couleur avec l’aide des colverts.  Le 18 octobre, ces derniers désertent le canal de décharge où, depuis un mois, respectant la jauge préfectorale, ils s’étaient rassemblés à une trentaine.  Par moments, un rayon de soleil suffira toutefois à éclairer des berges aux nuances automnales.

Absents seulement deux jours, des cygnes tuberculés sont revenus dès le 8 octobre. Une famille de cinq avec trois juvéniles assure la relève en amont du pont Henri IV. Outre un plumage brun-gris pour l’un d’eux, un bec gris foncé distingue les jeunes des adultes au bec orange surmonté d’un tubercule noir. Respectant les recommandations présidentielles, ils restent à six depuis la mi-octobre avec le renfort d’un autre adulte.  La jauge sera dépassée, le 27 octobre, par une douzaine de cygnes, en amont de l’usine EDF, attirés par des végétaux accrochés aux bouées délimitant la zone de navigation.

Assidus depuis la fin du mois d’août, deux hérons se mêlent volontiers aux cormorans dans les arbres ou les rochers du terre-plein central de l’usine EDF et sur un tronc flottant en amont du pont Henri IV. Le 21 octobre, face à un fort vent du sud, ils adopteront une position aérodynamique. Un couple d’aigrettes cohabite également avec les oiseaux noirs.

Les intempéries de l’automne ont le mérite de reverdir les espaces herbeux et de faire pousser les champignons. Le 15 octobre, sur l’île Cognet, le photographe découvre plusieurs champignons inconnus de lui, auprès d’arbres couchés ou non. L’application I-Naturalist lui fournit une première ébauche dans leur identification. Pour autant, il se garde bien de les cueillir, se contentant de les photographier. Quelques jours, plus tard, en forêt de Mareuil, sur la commune de Chauvigny, il procédera de même. Par la même occasion, River, la nouvelle chienne de sa fille Hélène, fera sa première sortie dans les bois.

De leur côté, les parcs de la ville ont retrouvé un peu de couleurs et abritent à nouveau quelques espèces d’oiseaux un temps oubliés. Le 16 octobre, au parc Aristide Briand, un déjeuner sur l’herbe regroupe pinsons des arbres, moineaux, merles et verdiers d’Europe, parfois dérangés par des étourneaux. Dans les arbres, s’activent également les mésanges à longue queue et les fauvettes à tête noire.  Le 20 octobre, de nombreux passereaux s’affairent autour d’arbustes de la rue Camille Lebeau. Sous la surveillance de plusieurs étourneaux perchés sur les antennes environnantes, fauvettes, mésanges bleues, rouges-queues et autres dégustent des baies. Le lendemain, ses pas pousseront le chercheur d’images jusqu’au pont de Loudun, lieu de franchissement de la Vienne par l’ancienne voie de chemin de fer. Cet ouvrage, l’ancienne usine du Bien-Nourri et l’île Sainte-Catherine sont alors photographiés.

La fréquentation régulière du centre-ville de Châteauneuf permet à l’amateur d’images la rencontre dominicale des paroissiens de l‘église Saint Jean l’Evangéliste. Depuis la réouverture au culte, le port du masque et les gestes barrières y sont respectés. Aussi, des cérémonies importantes comme la profession de foi et l’installation du nouveau curé, les 11 et 18 octobre, présentent-elles d’étranges assistances masquées.

Le mois d’octobre 2020 se terminera par un retour du confinement pour quatre semaines au moins. L’activité du chasseur d’images risque d’en pâtir en novembre. Le 28 octobre, en milieu d’après-midi, il procède à une nouvelle observation des oiseaux fréquentant le canal de décharge alors qu’à 15 h 00, le glas résonne dans toutes les églises de France en réponse à l’attentat perpétré à Nice, dans la matinée.

Denis Lemaître

Lettre d’information aux adhérents du 17 novembre 2020

Chère adhérente, cher adhérent,

Au milieu de cette troisième semaine de confinement automnal, l’horizon ne semble pas devoir se dégager avant quelques mois. Le 12 novembre 2020, le Premier ministre a annoncé une prolongation des règles actuelles de 15 jours avant de connaître une possible adaptation à compter du 1er décembre. Une levée du confinement avant les fêtes de fin d’année semble peu vraisemblable. Aussi je ne puis que vous réaffirmer la suspension des activités publiques de la Société des Sciences pour une durée indéterminée.

Toutefois, malgré cette trêve des confiseurs anticipée, vos administrateurs poursuivent leurs échanges afin de :

  • diffuser, avant la fin de l’année, la version numérique du bulletin n° 153 à l’ensemble des abonnés ; les initiateurs d’une telle version sont ici remerciés,
  • fixer les modalités de la distribution de la version « papier » dès la fin du confinement ; l’impossibilité actuelle de se réunir en empêche notamment la mise sous pli,
  • veiller à la rentrée des dernières cotisations de 2020 ; les retardataires peuvent encore apporter leur contribution,
  • réfléchir sur la programmation du cycle des conférences pour le premier semestre 2021 ; le recours à des conférenciers de la région sera privilégié,
  • lancer les préparatifs d’une assemblée générale, peu ordinaire, prévue le samedi 30 janvier 2021 ; sa tenue est subordonnée à la possibilité préalable de réunir un ou deux conseils d’administration,
  • préparer les sommaires des trois bulletins de 2021 voire avec un ou deux bulletins spéciaux ; le bulletin n° 154 est déjà bien avancé,
  • faire vivre le site de la Société grâce à la poursuite de recueil de témoignages sur le confinement.

Bien que tout cela soit possible grâce au « télétravail », vos administrateurs regrettent de ne pouvoir se retrouver régulièrement pour gérer l’association, d’une part, et animer des groupes de recherches, d’autre part, notamment sur les maisons communes et le centenaire d’événements. Par ailleurs, ils déplorent surtout de ne pas pouvoir vous retrouver lors des soirées des deuxième et quatrième mercredis de chaque mois à la Salle de la Gornière.  

Dans l’espoir de pouvoir le faire rapidement au début de l’année 2021, vos administrateurs et moi-même vous demandons de bien prendre soin de vous et de vos proches.

Votre président.

Denis Lemaître

Lettre d’information aux adhérents du 1er novembre 2020

Chère adhérente, cher adhérent,

La mise en œuvre du nouveau confinement, dans la nuit du jeudi 29 au vendredi 30 octobre 2020, donne un coup d’arrêt à la reprise des activités de la Société des Sciences de Châtellerault en présence du public.

Après un long moment de discrétion forcée, votre société avait reprogrammé des conférences pour les quatre derniers mois de l’année 2020. Elles ont effectivement pu reprendre le 23 septembre à la salle de la Gornière. Une intervention télévisée du Président de la République a accompagné les deux suivantes les 14 et 28 octobre. Pour la dernière, l’importance de la communication présidentielle a eu pour conséquence une assistance réduite. Pour ce qui concerne cette assistance, vos administrateurs et moi-même souhaitons remercier les spectateurs de ces trois réunions qui se sont prêtés de bonne grâce au strict respect des consignes sanitaires. 

La décision, annoncée le 28, a conforté et précipité une mesure en cours de réflexion au sein du conseil d’administration depuis près de quinze jours. Aussi ai-je l’honneur de vous confirmer la suspension, pour une durée indéterminée, de toutes les activités publiques de la Société des Sciences. En l’état actuel, il est bien sûr impossible de vous indiquer une éventuelle date de reprise. Elle n’aura certainement pas lieu avant le début de l’année 2021.

 Dans l’attente de celle-ci, un premier bilan peut être esquissé pour 2020. Sur une programmation de 17 réunions, le cycle annuel a été réduit à huit conférences avec une interruption de la mi-mars au 23 septembre. Quant aux publications, deux bulletins ordinaires, les n° 151 et 152, ont été distribués. Un troisième est en cours de finition. Le quatrième tome de « La Petite et Grande Histoire de Châtellerault racontée par ses rues » est sorti au cours de l’été avec, pour titre, « La plaine d’Ozon ». La diffusion plus ou moins régulière d’une lettre d’information et d’articles, notamment du chasseur d’images amateur, a comblé quelques vides. Ayant pu seulement se réunir six fois au cours de l’année, vos administrateurs ont fait tout leur possible pour ne pas rompre le contact avec les adhérents. Au cours des 10 derniers mois passés, plus de 800 courriels seront ainsi échangés.

A la veille d’une nouvelle année, espérée meilleure, votre soutien est indispensable à la survie financière de votre association. Ce soutien passe par le règlement des cotisations. Certaines manquent pour l’année 2020. Pour 2021, les modalités de versement seront prochainement fixées.

En conclusion, vos administrateurs et moi-même vous invitent à toujours bien prendre soin de vous et de vos proches afin d’être en mesure de profiter des fêtes de fin d’année.

 Votre président, Denis Lemaître

Un chasseur d’images amateur au changement de saison automnal

« Après un printemps confiné et un été libéré », un automne en demi-teinte s’installe à partir du 22 septembre 2020 avec, quelques jours auparavant, des signes annonciateurs relevés par le chasseur d’images amateur.

Au milieu d’un mois de septembre ensoleillé, à la période la plus chaude de la journée, les colverts se mettent à l’abri sous l’arche occidentale du pont Henri IV. Au centre du plan d’eau, un héron profite du soleil.

Le 16 septembre, la présence d’un cinquième cygne est notée en aval du barrage EDF. Ils seront six le 28 septembre, formant ainsi trois couples qui exploreront un large espace entre l’usine EDF et le pont Henri IV avec toutefois une préférence pour la proximité de cet ouvrage. Du 25 au 27 septembre, cette même zone est survolée par quelques centaines d’hirondelles au croupion blanc. La fixation de leurs évolutions au-dessus de l’eau est impossible pour le photographe amateur. Il en sera de même, le 4 octobre, lors du passage d’une autre colonie de cette espèce. Leur comportement paraît étrange à l’observateur. Cette impression sera confirmée par un article de la NR, daté du 29 septembre, indiquant que la fraicheur soudaine a perturbé les jeunes hirondelles.

A la veille du changement de saison, la fin de semaine est marquée par des ondées orageuses à l’origine d’une petite hausse du niveau de l’eau dans le canal de décharge de l’usine EDF. Cette hausse est sensible au pied du déversoir où la mare s’agrandit avant d’accueillir à nouveau, au début de l’automne, plusieurs oiseaux : un héron, les martins-pêcheurs, une aigrette, une mouette, des bergeronnettes, des corneilles et des poules d’eau ainsi que le chevalier guignette.

Le 17 septembre, la femelle martin-pêcheur est repérée au pied du clapet ouest du déversoir. Elle est reconnaissable par la base rouge de son bec noir. Un cri aigu, suivi d’un éclair bleu au-dessus de l’eau, trahit souvent la présence de cet oiseau. En dehors de ses déplacements, il reste plutôt discret au bord de l’eau. Son repérage lointain, à la suite d’une observation minutieuse des berges, permet parfois des belles photographies grâce une approche silencieuse.

Le même jour, la mésange charbonnière est de retour. Friande des fruits de l’érable, elle s’active sur le quai du 11 novembre. Une bande centrale noire plus étroite sur le dessous jaune vif caractérise la femelle. Elle se manifestera à nouveau dans la résidence du photographe au début du mois d’octobre.

Le 18 septembre 2020, en fin de matinée, alerté sur la présence d’une cigogne blanche sur une cheminée du square Alexis Danan, le chasseur d’images se précipite pour voir l’oiseau s’envoler et rejoindre, dans le ciel, plusieurs congénères. Après quelques cercles au-dessus de Châteauneuf, le groupe prend la direction du sud marquant ainsi la fin de l’été.

Le 27 septembre, un couple de colverts regagne le canal de décharge du barrage EDF se contentant d’une mare en amont du pont Camille de Hogues. Le 1er octobre, après une nette remontée des eaux consécutive à une période pluvieuse, une trentaine de canards occuperont l’endroit. Le prolongement des intempéries aboutira, le 4 octobre, à un gonflement conséquent du cours d’eau principal avec la disparition progressive des perchoirs pour les hérons et autres volatiles. Le courant plus puissant entraînera le départ momentané des cygnes.

En plus des travaux poursuivis de façon irrégulière sur le clapet oriental du déversoir, le début du mois d’octobre est marqué par un nettoyage important du canal avec la taille des arbustes ayant poussé dans le lit. Le terre-plein central et le versant ouest sont également nettoyés. Le chasseur d’images perd alors les affûts végétaux bordant le quai du 11 novembre.

Le long de ce quai, à proximité du pont Camille de Hogues, le photographe croise régulièrement des jeunes gens masqués paraissant anxieux avant de prendre le volant d’une auto-école pour l’examen du permis de conduire. Le port du masque est obligatoire pour tous les occupants du véhicule.

Ce port est également imposé par des panneaux, lors de la brocante, tenue sur le parking Blossac, le premier dimanche de chaque mois.

Denis Lemaître

Lettre d’information aux adhérents du 1er octobre 2020

Chère adhérente, cher adhérent,

Pour le département de la Vienne, classé en « zone Alerte », un récent arrêté préfectoral interdit, du 28 septembre au 12 octobre 2020, les rassemblements festifs ou familiaux de plus de 30 personnes dans les établissements recevant du public (ERP).

La salle de la Gornière, établissement de ce type, accueille depuis quelques années les conférences de la Société des Sciences. Une menace pèse-t-elle sur la poursuite du cycle annuel de nos réunions qui a repris le 23 septembre avec une assistance de 56 personnes ?

Pour l’instant, les activités associatives ou professionnelles, sans caractère festif, dans les ERP, demeurent autorisées, sous la réserve de la mise en œuvre d’un protocole strict permettant le respect des mesures « barrières ».

Aussi, outre les mesures sanitaires prises la ville pour l’accès aux salles municipales, les administrateurs en charge de l’organisation des conférences ont-ils pris des précautions supplémentaires :

  • la mise à disposition de solution hydroalcoolique à l’entrée de la salle et à la sortie,
  • le contrôle de l’obligation d’un port correct du masque à l’entrée et durant la totalité du séjour dans la salle,
  • le recueil des coordonnées téléphoniques des spectateurs à l’entrée,
  • le respect des mesures de distanciation physique avec des sièges espacés d’un mètre et un flux de circulation séparant l’entrée et la sortie,
  • la désinfection du mobilier (sièges et tables) et matériels utilisés avant et après la conférence,
  • la disparition des points de contact pour les mains notamment par le maintien des portes ouvertes,
  • l’absence de vestiaires, chacune et chacun étant invité à garder ses affaires personnelles.

Un tel dispositif exclut bien sûr l’organisation d’un moment de convivialité à l’issue de l’activité. Nous aurons, je le souhaite, l’occasion de nous rattraper.  

Par ailleurs, notre prochaine conférence est programmée le mercredi 14 octobre 2020, deux jours après la fin de la période indiquée par l’arrêté. Pour autant, il faut nous préparer à une possible prolongation avec le souci permanent de protéger nos voisins lors de nos rencontres. En la matière, il me paraît utile de rappeler que l’objectif du port du masque n’est pas de se protéger personnellement mais de protéger les autres. Le courage réside dans le respect de cette obligation face à des personnes ne pouvant ou ne voulant pas le faire. 

En tout état de cause, vous avez certainement compris que la reprise effective de nos activités culturelles est subordonnée aux respects de l’ensemble de ces mesures dont la mise en œuvre demande une mobilisation particulière de vos administrateurs. J’en profite ici pour les en remercier. 

Pour conclure, notre cycle de conférences n’entre pas dans le champ des dispositions relatives aux rassemblements festifs. Des assurances m’ont été données, ce jour-même, par la préfecture de la Vienne. Celles et ceux d’entre vous ayant assisté à notre réunion de rentrée, ont pu apprécier les mesures alors appliquées. En conséquence, la programmation de la conférence « Correspondance conjugale des Voyer d’Argenson » par Sophie Delhaume est maintenue au 14 octobre.  

Avec le plaisir de vous revoir à cette occasion, je vous invite toujours à prendre bien soin de vous et de vos proches. 

Votre président.

Denis Lemaître

Un chasseur d’images amateur à la rentrée de septembre 2020

Au début du mois de septembre 2020, malgré l’attrait pour le suivi du Tour de France à la télévision, le chasseur d’images amateur poursuit l’observation de la faune fréquentant les abords du site de la Manu. Après un mois d’août axé sur le canal de décharge de l’usine EDF, il lui faut migrer sur les bords de la Vienne entre les ponts Camille de Hogues et Henri IV, suivant ainsi le mouvement des oiseaux. De façon quotidienne, il parcourt ainsi les quais du 11 novembre et des Martyrs de la Résistance, voies bordées d’arbres bruissant du chant des corneilles et des étourneaux.

La fin du mois d’août est marquée par le retour de certains volatiles et le départ des migrateurs. Le 22 août, une deuxième aigrette revient dans le coin. Le 25 août, un cygne se manifeste en amont du pont Henri IV. Détaché en éclaireur, il sera bientôt rejoint par une femelle puis par un autre couple. La présence d’un deuxième héron est notée le 30 août. Il se différencie du premier par le haut des ailes blanc au lieu de noir. Une fine huppe noire distingue l’oiseau adulte. Quelques cormorans s’installent à l’ouest du terre-plein central de l’usine et intensifient la pêche dans la zone de réserve entre le barrage EDF et le pont Henri IV. Ils ne sont pas les seuls à ne pas respecter cette interdiction.

L’absence des martinets est alors remarquée tandis que, le 30 août, les hirondelles des fenêtres font un dernier passage au-dessus de la rivière en aval de l’usine EDF. Le chevalier guignette, un temps discret, se manifestera le 2 septembre près du pont Henri IV en prolongeant son séjour châtelleraudais de quelques semaines.

A partir du 28 août, à la suite d’un assèchement important consécutif à la reprise des travaux sur le clapet oriental du déversoir quelques jours plus tôt, le canal de décharge est progressivement déserté. Les flaques d’eau n’accueillent plus les petits poissons, nourriture de certains : hérons et martins-pêcheurs notamment. Ne pouvant plus nager, les canards rejoignent le cours principal de la rivière. Après avoir tenu quelques jours, les poules d’eau et les ragondins quittent également les lieux, maintenant troublés par le bruit des marteaux-piqueurs. Seuls résistent les passereaux venant se désaltérer ou se baigner.

Une fois repérés à la base des piles du pont Henri IV, le 1er septembre, les martins-pêcheurs élargissent leur zone de prospection sans pouvoir être alors photographiés. Ils le seront plus tard à leur retour, le 11 septembre, au pied du déversoir où une mare s’est formée à la suite de l’édification d’un batardeau et en l’absence des ouvriers. Ils ne seront pas les seuls à en profiter : aigrettes, bergeronnettes, corneilles et poules d’eau les rejoindront en cette fin de semaine.

A compter du 3 septembre, les gros oiseaux se concentrent donc entre les deux ponts avec quatre cygnes, trois hérons, deux aigrettes, quelques poules d’eau et de nombreux canards.  Les colverts mâles y retrouvent progressivement leurs tons colorés. Les bergeronnettes s’y manifestent également le long du quai des Martyrs de la Résistance. Cygnes, hérons et aigrettes feront des excursions en aval du barrage EDF.

Une observation attentive des activités des uns comme des autres permet la saisie de quelques moments d’intimité, comme la toilette des cygnes, des colverts ainsi que des passereaux, voire d’instants spectaculaires avec des vols de concert de deux hérons, ponctués de cris stridents.

Avec la rentrée scolaire, les activités humaines reprennent sur les quais, à proximité de la Vienne. Le skate-park reste fréquenté par quelques adolescents non masqués. La place Ferdinand Buisson et le boulodrome de la promenade des Acadiens accueillent de nouveau les joueurs de pétanque, dispensés également du port du masque. Après la reprise des cours, le 3 septembre en milieu d’après-midi, quelques lycéens se retrouvent sous le tablier du pont Camille de Hogues pour arroser la rentrée. La circulation sur les ponts du centre-ville se densifie avec une présence accrue des bicyclettes. Un usage plus ou moins régulier des vélos de l’agglomération est fait par les jeunes.

Outre une assiduité certaine à suivre les étapes du Tour de France à la télévision, le photographe ne pourra résister au plaisir d’assister au passage de cette grande épreuve cycliste, le 10 septembre, à Chauvigny. Son objectif sera alors tourné vers les véhicules de la caravane et les coureurs.

Denis Lemaître

Un chasseur d’images amateur à nouveau confiné en août 2020

Au cours du mois d’août, à la suite de l’inflammation d’un genou, le chasseur d’images amateur se retrouve à nouveau confiné, mesure d’autant plus d’actualité durant la période de canicule du milieu de l’été. Survenue le 25 juillet, la douleur s’ajoute à un renforcement, à compter du 20, des mesures sanitaires avec le port du masque systématique dans les commerces.

Restreint quant à l’amplitude de ses déplacements pédestres à Châtellerault, le photographe se cantonne à l’examen quasi-quotidien de la Vienne entre l’usine hydroélectrique EDF et le pont Camille de Hogues.

Le 23 juillet 2020, le comportement agressif d’une poule d’eau a appelé son attention sur la présence d’un intrus dans le canal de décharge de l’usine. Un ragondin était poursuivi par l’oiseau alors qu’il s’était approché de trop près de l’un de ses petits. L’observation attentive des lieux permet la découverte d’une famille de quatre individus de cet herbivore, excellent nageur.

A partir du début août, à la moindre alerte, l’aigrette garzette, à nouveau seule, se réfugie dans un arbre dressé sur le terre-plein central de l’usine. Elle y rejoint pigeons et corneilles. Ces dernières y nichent en couples séparés.

A la mi-août, après un très court passage au début du mois, le chevalier guignette semble vouloir prendre ses quartiers pour la fin de l’été au déversoir.

Au milieu de l’été, la colonie de canards colverts compte une trentaine d’individus. En dehors des pigeons, elle est localement l’espèce la plus représentée. Les mâles ont perdu leur superbe avec leur plumage estival. Leur distinction pose alors quelques difficultés.

Aperçus le 15 août, les grands cormorans ne paraissent pas encore très décidés à rejoindre pour la fin de l’année le site de la Manu, en bord de Vienne. Les arbres du terre-plein central de l’usine leur serviront plus tard de dortoirs.

Le couple de martins-pêcheurs semble avoir définitivement abandonné la confluence de l’Envigne pour le canal en aval du déversoir EDF. Depuis les branches des végétaux recouvrant les petites îles rocheuses, ils peuvent à loisir exercer leur principale activité, le plongeon. S’il est possible de repérer le vol des deux flèches bleues, les photographier ensemble est un défi pas encore relevé.

Avec un effectif porté à cinq, les mouettes rieuses ont perdu leur capuchon sombre de la période nuptiale du début de l’été. Une tête pâle avec une tache sombre à la joue caractérise déjà le plumage hivernal.

Les plus nombreux localement, les pigeons bisets recouvrent régulièrement le versant oriental du terre-plein central du barrage. Ces oiseaux présentent différents plumages aux couleurs variées avec plusieurs tons de gris et de marron.

Un groupe de gallinules poules d’eau constitue la troisième espèce en importance, présente sur le site. Comptant déjà quelques juvéniles, au plumage plus clair, à la mi-juillet, il s’accroît de poussins, véritables boules de duvet d’où ressortent un bec rouge et des yeux énormes. La protection de ces derniers montre l’aptitude des femelles à se battre farouchement : un ragondin en a fait les frais.

Au début du mois d’août, au moment de la canicule, la rive droite de la Vienne, en amont du pont Camille de Hogues, voit les arbustes fréquentés par de nombreux passereaux à la recherche d’eau : moineaux, pinsons des arbres et verdiers. Ces populations, généralement abritées par les arbres de la place Camille de Hogues, comptent beaucoup de juvéniles un peu maladroits.

La constance du chasseur d’images, dans la fréquentation des bords de Vienne, intrigue quelques passants qui, par curiosité, échangent avec lui quelques mots. Des précisions leur sont données tout en leur faisant connaître son appartenance à la Société des Sciences de Châtellerault et en les invitant à consulter le site de l’association. Ces discussions ont lieu toujours dans un contexte sanitaire particulier imposant une certaine prudence. La distanciation physique est appliquée y compris à l’égard de quelques amis alors croisés.

Outre une alimentation hebdomadaire de sa page facebook, le photographe contribue régulièrement au recueil de données de l’application i-Naturalist avec plus de 80 observations enregistrées.

Denis Lemaître

Lettre d’information aux adhérents du 6 septembre 2020

Chère adhérente, cher adhérent,

En ce moment de rentrée scolaire ou autre, je reviens vers vous pour un nouveau point de situation après deux mois de silence.

Tout d’abord, j’espère que vous avez passé un bel été, malgré un contexte très particulier. Pour celles et ceux qui seraient encore en vacances, je leur souhaite une bonne continuation.

1°) De leur côté, vos administrateurs préparent activement la reprise des activités de la Société des Sciences avec, dès le 8 septembre, la tenue d’un conseil d’administration. Ils se réuniront sous ce format pour seulement la troisième fois de l’année, le dernier conseil ayant eu lieu le 4 février 2020. Depuis, seuls les membres du bureau ont pu se voir les 3 mars et 7 juillet. 

Cette réunion du conseil sera, pour eux, l’occasion de mettre en musique les manifestations de l’automne :

  • la participation aux Journées Européennes du Patrimoine l’après-midi des samedi 19 et dimanche 20 septembre, de 14 à 18 H 30,
  • l’animation de l’exposition de la jeep lunaire au Grand Atelier à compter de la même période après son transfert du bâtiment 208 au musée le 14 septembre,
  • l’aménagement du programme des conférences pour le second semestre 2020 avec une rentrée le 23 septembre, salle de la Gornière. En la matière, une consultation régulière du site de la Société est conseillée.

2°) Un comité de rédaction précédera ce conseil. A l’instar du printemps, l’équipe « publications » est restée active au début de l’été. A la suite d’un entretien avec un journaliste le 9 juillet, le quatrième tome de la Petite et Grande Histoire de Châtellerault racontée par ses rues, titré la Plaine d’Ozon, a fait l’objet d’un article dans la presse locale le 13. Dès lors, il a été mis en vente à la boutique de l’Office de Tourisme, à la librairie de la place Dupleix et au Hall de la Presse à Ozon. Il sera bien sûr proposé lors de nos prochaines conférences.

Comme prévu, le tirage du bulletin n° 152 a été réalisé. La version numérique sera diffusée au milieu du mois de septembre. Les modalités de distribution de la version « papier » restent à l’étude. Un dépôt tardif dans les boîtes à lettres est toujours à craindre. La priorité sera donnée à une mise à disposition lors des conférences de septembre et d’octobre.

Le contenu du bulletin n° 153 et les suivants sera alors évoqué. Outre les maisons communes du Grand Châtellerault, la commémoration du centenaire d’évènements intéressant l’agglomération voire le département pourrait constituer un nouveau fil rouge.

Toujours dans l’optique d’un bulletin spécial, des témoignages relatifs au confinement sont recherchés. Les quelques articles récemment diffusés peuvent en être la base.  

 

Dans l’espoir de vous revoir en pleine forme, je vous souhaite, en mon nom personnel et au nom des administrateurs de votre société, une excellente rentrée. Surtout prenez bien soin de vous et votre entourage.

Très cordialement.

Votre président, Denis Lemaître.

Un chasseur d’images amateur loin de Châtellerault

A la fin du printemps et au début de l’été 2020, bien que privé de vacances, le chasseur d’images masqué reprend le volant, abandonné depuis le 14 mars, pour s’éloigner de la ville de Châtellerault. D’abord réduits à un rayon de 100 kilomètres, les déplacements, multipliés à la mi-juillet (lors séjour des petites-filles), se font, pour certains, hors de la Vienne.

Dans un premier temps, tout en restant dans les limites départementales de la Vienne, le photographe reprend des activités familiales, sportives et surtout associatives. Il assiste ainsi, le 14 mai, à La Puye, au choix, par sa fille, d’une nouvelle compagne à quatre pattes. L’instant est bien sûr immortalisé avec quelques prises de vues. Un mois plus tôt, Cali, sa chienne, l’a quitté après treize ans de vie commune, au même âge que Pépite, évoquée dans le premier article. River, toujours de la race golden retriever, rejoindra sa nouvelle famille, un mois plus tard. Avant de s’installer à Pouzioux à la mi-août, elle aura ainsi le temps de s’acclimater à son nouvel environnement familial à Morthemer. Plusieurs liaisons vers ces villages de Chauvigny et de Valdivienne seront, pour le chasseur d’images, l’occasion de nouvelles découvertes. Avec des rougequeues, familiers du château de Morthemer, mésanges à longue queue et hirondelles rustiques, rencontrées à Pouzioux, complètent provisoirement sa collection d’oiseaux avant de surprendre, le 19 août, une grande aigrette en amont du pont de Saint-Martin-la-Rivière.  S’y ajoutent des papillons comme l’azuré, le robert-le-diable, le collier blanc et le cuivré commun Une libellule, le sympétrum rouge, et une tachinaire sauvage terminent l’inventaire local.  Au cours de la dernière semaine de mai, il reprend ses sorties avec un vélo remis à niveau dès le 6 mai, après les encouragements de l’Etat à une telle pratique et sans en attendre une prise en charge financière. L’appareil photo est alors glissé dans une sacoche, fixée au guidon.

Par ailleurs, dans le cadre des activités de la Société des Sciences, les 10 juin et  1er juillet, il participe à deux sorties, organisées par la section Nature à Archigny et à Angles-sur-l’Anglin. A Archigny, rejoint, en début d’après-midi près de l’église par les trois principaux animateurs de la section, il se rend aux Prés de la Fontaine, au nord-ouest du bourg. Le site a été choisi par Max Poisay à la demande de quelques habitants, malheureusement absents. Un arborétum agrémente l’endroit. Laissant ses trois amis à la recherche de plantes sous les couverts, le photographe réalise une reconnaissance rapide des lieux en faisant le tour des trois plans d’eau. En milieu d’après-midi, en leur compagnie, il procédera à une prospection des rives du principal étang. Quelques papillons seront alors photographiés : demi-deuil, hydrocampe du potamot, paon du jour, piéride et tircis. Est également découvert un autre spécimen de l’ibellule : un orthétrum réticulé.

A Angles-sur-l’Anglin, le 1er juillet, avec Philippe Bellin et Jean Langoumois, l’après-midi est consacrée à la découverte d’un tronçon de la rive droite de l’Anglin en aval du pont sur la RD 2 et d’une partie du chemin de randonnée vers le nord.  Le chasseur d’images élargit son répertoire à des insectes, autres que papillons (azuré commun, mégère et tircis) et libellules (anax empereur et caloptéryx éclatant) : punaise brune, cycliste à bras jaunes, hedychrum, hoplie bleue, mouche domestique et petite biche. Ses compagnons lui permettent également l’identification de plusieurs plantes : géranium, lavande, origan, rubanier d’eau, ruine de Rome, salicaire… Sur le plan d’eau, une grenouille se prête de bonne grâce à un portrait. La présence de hérons garde-bœufs, dans un champ près du chemin, marque le moment de faire demi-tour. Au retour en véhicule, à l’invitation de son passager, Jean Langoumois, il s’arrête à l’entrée du bourg de Vicq-sur-Gartempe avant le franchissement du pont. A l’amorce d’un chemin, sans sortir de la voiture, il surprend un bruant zizi posé à quelques mètres. La découverte, quelques instants plus tard, des guêpiers d’Europe se fera malheureusement à une distance plus importante. Alertés par le vol caractéristique au-dessus d’un troupeau de bovins, les deux amis les repèreront ensuite sur une clôture.

Toujours dans le respect des limites de 100 kilomètres, le 22 mai, une journée à Doué-la-Fontaine (Maine-et-Loire) lui permet de faire le plein de souvenirs photographiques avec les visites du Chemin des Roses et du Bioparc, effectuées avec le masque. Dans le zoo, les animaux présentent des caractéristiques plus exotiques que ceux recensés localement. A la mi-juillet, un mois après la disparition de cette restriction kilométrique, lors du séjour de ses petites-filles à Châtellerault (qu‘il n’a pas eu le loisir de serrer dans ses bras), d’autres lieux, plus éloignés, sont prospectés : aquarium de La Rochelle, grottes pétrifiantes des Savonnières, château d’Ussé et parc oriental de Maulévrier. Soucieuses de la santé de leurs ainés, les jeunes femmes se voilent d‘initiative la face aussi bien à l’extérieur que dans la voiture. Le port du masque est d’ailleurs partout de rigueur dans les lieux visités. Par commodité, les déjeuners en famille sont alors pris à l’extérieur en ayant recours aux aires de pique-nique de plus en plus nombreuses. Des masques jetables y sont malheureusement abandonnés.

Denis Lemaître

 

 

error: Content is protected !!