Retour d’échantillons de l’Espace

Sonde chinoise Chang’e 5 : retour d’échantillons lunaires.

La mission a été lancée le 23 novembre 2020 depuis l’île d’Hainan par la fusée Longue Marche 5.

La sonde Chang’e 5 (prononcez : cháng’é wǔ hào) s’est posée sur la Lune le 1er décembre 2020 et a prélevé 2 kg d’échantillons de sol lunaire qui seront bientôt rapportés sur Terre.

Le Module Lunaire Chang’ e 5 sur le sol de la Lune (dessin)

Le 3 décembre le module de remontée a quitté la Lune, pour rejoindre le module orbital.

Le 7 décembre, l’administration spatiale nationale chinoise a confirmé que la manœuvre d’amarrage automatisée s’est passée comme prévu pour sa mission Chang’e 5. Des images de la jonction entre l’orbiteur et le module de remontée ont été diffusées.

Jamais la Chine n’avait encore tenté un rendez-vous en orbite lunaire.

Chang’e 5 doit être de retour sur Terre le 15 décembre.

C’est une première depuis 1976 (Valéry Giscard-d’Estaing était président !) où la sonde soviétique automatique Luna 24 avait rapporté 170 g de sol lunaire !

Les astronautes américains, au cours des six missions Apollo entre 1969 et 1972, avaient récolté 382 kg de roches lunaires.

Sonde japonaise Hayabusa 2 : retour de poussières de l’astéroïde Ryugu

Hayabusa 2 (Faucon Pèlerin 2) est une sonde spatiale japonaise lancée le 3 décembre 2014. La sonde a rejoint l’astéroïde Ryugu en 2018, y a déposé deux petits atterrisseurs, et prélevé quelques décigrammes du sol. Les agences spatiales allemande (DLR) et française (CNES) ont réalisé le petit atterrisseur MASCOT qui a analysé la surface. Après un voyage de six ans, la capsule larguée par Hayabusa 2 avec à l’intérieur les poussières de l’astéroïde Ryugu est revenue sur Terre. Elle s’est posée dans le désert australien ! Le travail scientifique va commencer. 50 % des échantillons seront analysés par plusieurs laboratoires dans le monde. Les 50 autres % seront conservés sous une atmosphère inerte en attendant que les technologies d’analyse progressent. Respect, pour l’une des missions les plus complexes de l’ère spatiale !

Ryugu (le palais du dragon) découvert en 1999 par le laboratoire Lincoln au Nouveau Mexique (USA), est un astéroïde de 870 m de diamètre. Il fait partie de la famille des astéroïdes Apollon, qui croisent l’orbite de la Terre. A l’apogée de son orbite il se trouve à 211 800 000 km du Soleil (150 000 000 km pour la Terre).

L’astéroïde Ryugu ©JAXA L’ombre de la sonde sur l’astéroïde Ryugu ©JAXA

La capsule larguée par Hayabusa 2 et son parachute dans le désert australien

Mais la sonde Hayabusa 2 n’a pas fini son voyage : après avoir largué la capsule, elle est déjà repartie vers un autre astéroïde, baptisé 1998 KY26.

Noël DOLEZ

Faut-il avoir peur des Astéroïdes qui frôlent la Terre ?

Des phénomènes inquiétants

L’Homme a toujours été inquiet de ce qui se passe dans le ciel… En effet, la foudre, les comètes, les pluies sont autant de phénomènes attribués à la colère divine jusqu’au siècle des lumières.

Dans notre culture contemporaine influencée par Hollywood, on associe souvent le mot « Astéroïde » à l’« Apocalypse » (des films comme « Armageddon » ou « Deep Impact » y sont un peu pour quelque chose). Mais cette interprétation est bien réductrice et cache un phénomène naturel fascinant pouvant être un des facteurs de l’apparition de la Vie sur Terre.

Lire la suiteFaut-il avoir peur des Astéroïdes qui frôlent la Terre ?

error: Content is protected !!