Discours du vernissage de l’exposition d’octobre 2017 à l’hôtel Sully

Introduction

2017 est une année faste en matière d’anniversaires. Je citerai notamment : les 30 ans du Futuroscope, Puy du Fou (un rêve d’enfant depuis 40 ans), les 25 ans du Planétarium de Poitiers, Disney-Land-Paris, 60ème festival de Confolens, etc…

Pour le 60ème anniversaire de notre société, un rapprochement osé est possible avec les 60 ans du traité de Rome en reprenant les paroles du pape François d’une « évolution nécessaire pour survivre ». J’y reviendrai.

Dans un premier temps, je veux souligner l’importance du soutien de la ville (constant depuis 1957), de l’agglomération, du département voire, pendant un temps, de la région.

Tout d’abord, je tiens à préciser qu’en 1957, le maire de Châtellerault faisait partie du comité de patronage pour la création de la Société de Sciences Naturelles ayant pour siège social l’hôtel de ville. Les premières demandes de subventions au conseil général de la Vienne et au conseil municipal de Châtellerault datent de septembre 1957.

Dès le début des années 60, la ville met à disposition des locaux pour la tenue :

  • des assemblées générales annuelles (l’hôtel Sully, la Rotonde, la salle du Verger),
  • des conférences et expositions (l’ancien musée, le nouveau théâtre, les salles du Verger et de la Gornière, le théâtre Blossac),
  • des réunions de travail (tour nord du pont Henri IV et locaux de l’école Henri Denard).

Le tirage des premiers bulletins, à la fin des années 70, se fera avec l’aide des moyens techniques de la ville.

Cet investissement est, me semble-t-il, payé en retour. La Société des Sciences n’a pas pour vocation de vivre replier sur elle-même. Elle participe grandement à l’animation locale voire régionale : cycle annuel d’une vingtaine de conférences, tenue de stands lors de festivités ou de salons, organisation d’expositions, accompagnement de visites, à l’occasion des JEP en particulier, contribution à des études sur l’aménagement du territoire et autres (un inventaire des zones naturelles en 1982 par exemple).

La mise à disposition des salles où nous trouvons, est une preuve supplémentaire de l’aide apportée par la collectivité. Ce lieu d’anniversaire a une signification particulière pour notre association. L’hôtel Sully, au même titre que la tour Nord du pont Henri IV et maintenant l’école Henri Denard, est symboliquement attaché à l’histoire de notre Société.  A compter de 1962, l’hôtel Sully devient le siège social de l’association avec une installation officielle, le 15 juin 1964, dans la salle Henri Boucher.

Dans un deuxième temps, je veux rendre hommage à quelques grands personnages, aujourd’hui disparus, de notre Société :

  • Ferdinand Laduré, préparateur en pharmacie, à l’initiative de la création d’une « société de sciences naturelles de Châtellerault », qui, comme président pendant 8 ans, prouvera « son utilité dans la vie intellectuelle de la cité »,
  • René Fritsch qui, grâce à la belle activité déployée, à la tête de la section Archéologie, en a fait un moteur de l’association de 1963 à 1997, en organisant les fouilles du Vieux-Poitiers qui donneront « des résultats scientifiques de la plus haute importance »,
  • Mme Jeannette CARRE, secrétaire, qui, en 1978, lance le bulletin de la Société des Sciences qui compte aujourd’hui 143 numéros, dont elle assure la dactylographie et la mise en page,
  • Mme Yvette MARECHAL, présidente de 1997 à 2000, dont la volonté personnelle permet l’édition, par la Société des Sciences, en 2004, (avec l’aide active de quelques administrateurs), d’un ouvrage de référence « Châtellerault d’hier à aujourd’hui ».

D’autres pourraient être cités dont mes prédécesseurs à la présidence. Mais ce serait trop long.

Dans un troisième temps, j’exprimerai quelques souhaits pour à la pérennité des associations, comme la Société des Sciences, régies par la loi de 1901 :

  • garder une capacité d’adaptation suffisante aux évolutions de son environnement sans perdre son âme. Jusqu’à aujourd’hui, elle a su poursuivre son activité en prenant le train en marche. Mais est-ce suffisant ? Les difficultés rencontrées dans la mise en place d’un nouveau site laissent quelques doutes.
  • parvenir à un renouvellement et à un rajeunissement de ses cadres (souhait exprimé par certains). Plusieurs administrateurs œuvrent depuis plus de 10 ans à la tête de l’association. Qu’ils en soient d’ailleurs remerciés. Un avancement rapide est toutefois possible : une admission au conseil en 2010 peut aboutir à une présidence en 2015.
  • impliquer davantage les adhérents dans la conduite des activités. Le recours aux savoirs de certains est indispensable notamment dans le domaine des nouvelles technologies. Par ce biais, des jeunes peuvent trouver une place au sein d’une nouvelle section si nécessaire. La présence de quelques jeunes aux conférences d’astronomie offre une possibilité.
  • continuer à assurer les moyens financiers de son fonctionnement tout en maintenant la gratuité totale des manifestations organisées pour le public. Une diminution des subventions peut aboutir à une sollicitation du mécénat privé.

Pour finir, je souhaite indiquer que le contenu de l’exposition d’aujourd’hui est différent de celui du 50ème anniversaire. Il peut apparaître déconnecté de l’actualité. En 2007, les  50 panneaux reprenaient le contexte général (du local au mondial). Cette année, ce soin est laissé à Paris-Match pour les 60 dernières années, au plan de l’actualité, depuis août. Je ne vais pas aller plus loin dans mon propos pour cette partie. Je vous laisserai ensuite découvrir tranquillement l’exposition.

 

Conclusion

En paraphrasant le président André GUILLON en 1984 « Pour l’instant, les activités de la Société des Sciences de Châtellerault, se développent dans quatre sections seulement. Mais elles ne sont pas exclusives. Selon les préoccupations des adhérents, d’autres sections peuvent être espérées afin de répondre à des soucis intellectuels non satisfaits par les sections actuelles. »

 

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

error: Content is protected !!