Calendar

Mai
10
mer
200 ans d’Industrie en Châtelleraudais, conférence de Marc Vieilfault @ salle de la Gornière
Mai 10 @ 18 h 30 min – 20 h 30 min

Le conférencier se propose d’exposer pourquoi et comment le territoire châtelleraudais a su être un Pôle Industriel reconnu et capable de surmonter les évolutions technologiques et commerciales voire « financières » jusqu’en 2020…La « crise » à multiples causes de 2021,2022 et ses conséquences sur 2023 constitue un redoutable défi à relever.

Le premier chapitre portera sur la création du « terreau Industriel » avec l’industrialisation de la Coutellerie et l’implantation de la MANU de 1820 aux années 1960.

Le second chapitre portera sur les reconversions avec la décentralisation d’entreprises et le développement d’activités lancées par des entrepreneurs locaux, des années 1960 à 1992/2000.

Le troisième chapitre portera sur les bouleversements causés par l’ouverture des marchés à la concurrence européenne et mondiale avec des adaptations mais aussi de malheureuses disparitions, des années 2000 à 2020.

Dans le quatrième chapitre, il évoquera le redoutable défi à relever dans la crise multiforme (Sanitaire, Environnementale avec la « transition écologique», la pénurie et la cherté des Energies, le poids des Dettes, l’Inflation mal maitrisée, les divergences d’intérêts de situations et de visions entre Pays Européens etc..) à laquelle nous sommes confrontés de 2021 à 2023…

 

Mai
24
mer
L’histoire du pont Henri IV, conférence de Pol Vandeville @ salle de la Gornière
Mai 24 @ 18 h 30 min – 20 h 30 min
Juin
14
mer
La Violence dans les chansons du Chat Noir au rap, conférence de Jean-Marie Augustin @ salle de la Gornière
Juin 14 @ 18 h 30 min – 20 h 30 min

La chanson populaire est la bande son d’une culture presque banale de la violence. À la fin du XIXe siècle, Aristide Bruant met en scène la misère sociale dans les quartiers populaires de Paris et sur la zone des fortifs. Il fait passer le frisson en évoquant les prisons, la guillotine et les bagnes militaires en Afrique. Ses goualantes projettent aussi une violence brutale, rigoureuse et constante, envers les prostituées. Les rixes entre bandes d’apaches et leur haine de la police font la joie des cabarets montmartrois et des cafés-concerts. En parallèle, la chanson anarchiste ou anarchisante prêche la révolution permanente et les attentats terroristes autour de l’imaginaire sanglant du « Grand Soir ».

error: Content is protected !!